Home / CHRONIQUES / Live report Al’Tarba X Senbeï & Exop au Fuzz’Yon

Live report Al’Tarba X Senbeï & Exop au Fuzz’Yon

Une excellente mise en bouche

Alors que la SMAC avait prévu d’accueillir dDamage qui a finalement dû annuler sa venue, l’équipe a eu la bonne idée d’inviter les angevins d’Exop afin d’assurer la première partie. Dans une sombre ambiance lumineuse, le groupe composé de deux rappeur et d’un DJ, a su nous délivrer un live très efficace mélangeant électro et rap histoire de bien introduire la soirée !

Al’Tarba X Senbei, deux parcours talentueux pour un duo évident

Le 8 février 2019, un album alliant un style électro au hip-hop fait son arrivée chez le label indépendant Banzaï Lab. Nommé Rogue Monster, le projet est signé par les deux talentueux compositeurs Al’Tarba et Senbeï. Avant de témoigner du tempérament de ce duo admirable, intéressons nous individuellement à ses auteurs

Senbeï

Tout d’abord il y a Senbeï, beatmaker sur le marché du disque depuis 2008 avec cinq E.P et cinq albums (dont deux signés chez Banzaï Lab). Mais ce n’est pas tout, Senbeï est aussi l’auteur de productions avec des artistes tels que le collectif Droogz Brigade ou encore Odezenne.

Qu’en est-il alors des ses influences ?

On remarquera d’abord l’empreinte majeure du hip-hop qui se ressent dans nombre de ses albums. On retrouve par exemple plusieurs collaborations avec des rappeurs tels que Miscellaneous (membre de Chill Bump ) ou YouthStar. Mais si il y a bien un thème récurent chez Senbeï, c’est celui de la culture nippone. Ce pays est aussi bien lié à l’artiste par son surnom et ses tatouages que par ses créations, avec par exemple Ningyo, un quatrième album aux multiples sonorités à connotations japonaises.

Quelques mots de Senbeï :

Qu’avez-vous pensé du public de la Roche-sur-Yon ?

Bah c’était cool ! J’avais jamais joué ici je crois et du coup on savait pas comment ça allait se passer, ouais c’était la première fois qu’on jouait ici, dans cette salle, dans cette ville et c’était cool ouais ! Y’avais plein de gens, c’était le bordel !

Comment le duo s’est-il formé ?

Bah en fait on se connaissait depuis un moment et puis on avait des affinités et à un moment on s’est dit vas-y viens on fait un morceau ensemble comme ça, pour voir quoi ! Et en fait de fil en aiguille c’est devenu un album et plus on composait les morceaux plus on se disait, on va les jouer en live et ça va défoncer ! Et en fait ça s’est construit hyper naturellement !

Quelques projets futurs ?

Je sais pas ! Moi j’ai plein de projets en cours j’ai un nouveau truc qui arrive l’année prochaine, j’ai un autre groupe qui tourne beaucoup qui s’appelle Smokey Joe and The Kid et qui ressort un album l’année prochaine donc on va refaire une tournée pendant au moins 2 ans.

Jules c’est pareil hein, il n’y a pas que moi, il sort un album en février avec un rappeur qui s’appelle Swift Guad, ils vont commencer à tourner il est en train de faire un album tout seul.

En fait tout les deux on fait trop de trucs, faudrait qu’on se cale parce qu’on aimerait bien bosser ensemble et tout le monde voudrait qu’on fasse un deuxième album ! Je pense qu’un jour on le fera mais on sait pas quand, on se donne le temps et puis voilà !

 

Al’Tarba

Beatmaker comme son confrère, il est originaire de Toulouse et n’en est pas à son premier projet puisqu’il collectionne déjà dix années de carrière dans la musique. En plus d’avoir réalisé de nombreuses productions pour des rappeurs tels que Hugo Tsr, Nekfeu ou encore Swift Guad, le Toulousain de 28 ans (lui même rappeur dans le collectif Droogz Brigade) en est déjà à son cinquième album et à son deuxième EP*. Al’tarba se distingue de ses confrères grâce à ses nombreuses influences électro/hip-hop qui apportent une grande richesse à son travail. On constate d’ailleurs dans ses productions des similarités avec des groupes tels que Chinese Man ou Tha Trickaz.

Un duo inévitable

En sachant tout cela, l’origine de cette union ne peut alors nous apparaître que plus clairement.

Une fois sur scène, les deux amis sont admirablement polyvalents et capables d’utiliser guitare, pads, batterie ou même des instrument plus insolite tel que le thérémine ( un des plus anciens instruments de musique électronique, inventé en 1920 par le Russe Lev Sergueïevitch Termen).

Al’Tarba et Senbeï sont donc deux artistes qui savent parfaitement tirer profit de leurs années d’expérience dans le monde de la musique afin de délivrer le concert parfait !

* EP = format plus court que celui d’un album

 L’avis des spectateurs

Connaissiez-vous déjà les groupes avant ce concert ?

MARGAUX : Non pas du tout, j’ai à peine écouté sur Spotify et comme cette première partie était totalement imprévue, je ne les connaissais pas du tout.

SIMON : Bien sûr Al’Tarba ouais !

MANU : Oui je connaissais les deux.

PIERRE-YVES : Senbeï ouais ! Ça fait un moment que je les ai découvert sur Facebook et je suis tombé amoureux d’un morceau. En fait sur le son These people, ils samplent un petit passage d’un morceau de Jacques Brel qui s’appelle Ces gens là et j’ai suis tombé complètement raide dingue de ce truc là !

BASTIEN : Absolument pas et je n’avais même pas écouté avant de venir !

Qu’avez-vous pensé de ces concerts ?

MARGAUX : Beh écoutez, je suis pas du tout rap et pourtant c’était une petite ambiance assez sympa et vu qu’il y avait peu de monde ça faisait très convivial ! Et puis franchement je n’ai jamais été déçue par le Fuzz’yon.

MANU : Excellent ! Pas assez long ! Mais c’est jamais assez long de toute façon !

BASTIEN : C’était formidable ! Je ne m’attendais à rien et je n’ai pas été déçu ! Je ne connaissais pas du tout, je ne savais même pas que c’étais de l’électro, enfin il y avait un mélange de beaucoup de styles dont de l’électro que j’apprécie particulièrement et même les jeux de lumières étaient fous ! J’ai trouvé ça vachement stylé.

PIERRE-YVES : J’ai adoré ! En fait j’avais un petit peu peur parce que les beatmaker je redoute toujours un peu que ce soit très statique sur scène, et là le duo fonctionne super bien et ils ont vraiment mis le feu ! Ils sont vraiment en osmose avec le public et ça c’est cool !

SIMON : C’était un bon show et y’a même eu un peu de pogo ! Rogue Monster le dernier album d’Al’Tarba et Senbeï, était très attendu et du coup il était très présent donc ça fait plaisir ! Ça a mis un peu de temps à se décanter, après c’est le Fuzz’Yon c’est une petite salle, c’est assez chaleureux, donc vraiment un bon concert.

Lucile CHATELLIER-LANG et Zéphir TANQUERELLE.

Etudiant en IUT InfoCom, je suis passionné par la scène musicale actuelle !

Lire aussi

Découvrez le morceau créé lors du stage musical !

Thomas Dubois (musicien émérite yonnais) a encadré et animé le stage musical « Déconstruire et construire …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *