Home / CHRONIQUES / Du gospel au Fuzz’Yon : une expérience inédite !

Du gospel au Fuzz’Yon : une expérience inédite !

Il y a pratiquement une quinzaine de jours déjà, le dimanche 1er décembre au soir, le Fuzz’Yon nous a permis de vivre une expérience inédite en invitant un groupe mythique de gospel américain, The Como Mamas, venant tout droit du Mississippi d’un petit village nommé Como !

Mais d’où vient le gospel ?

Le terme “gospel” vient du vieil anglais godspell qui signifie “évangile”. Il renvoie au Nouveau Testament et fait référence à une renaissance, notamment liée à l’émancipation des esclaves.

Le gospel, ou tout du moins ce qui en est à l’origine, naît avec l’arrivée des esclaves sur le continent américain. Leurs difficiles conditions d’existence s’ajoutant au fait qu’ils soient totalement coupés de leurs racines, les ameneront à recréer des liens communautaires, notamment à travers des biens immatériels (croyances, prières, musique avec les chants de travail.) Ces chants sont à l’origine des negro spirituals, musique vocale sacrée chantée par les esclaves noirs aux Etats-Unis dès le XVIIIe siècle au milieu des champs de coton (en lien d’ailleurs avec le développement des églises fréquentées par la communauté noire). Ensuite les gospel hymns au XIXe siècle se rapprochent tout doucement du gospel comme on peut le définir traditionnellement.

Dans les années 1870, la pratique de ces chants se fait de manière plus marquée avec des instruments comme l’orgue mais surtout avec le claquement des mains ou  mouvement des corps.

La musique gospel se développe particulièrement au XXe siècle, notamment dans certaines églises évangéliques comme les églises baptistes et pentecôtistes afro-américaines. Les gospel hymns deviennent des gospel songs, qui se traduisent par des bases simples mais également sophistiquées.

L’émergence définitive du gospel se fait avec l’émancipation récente des Noirs et en est l’expression d’une souffrance générale de ces derniers. Elle est alors considérée comme une révolte musicale face à une Amérique raciste.

Dans son évolution, l’intervention de plus en plus d’instruments se ressent ainsi que le fait qu’elle fasse plus souvent référence aux Evangiles  se démarquant des negro spirituals qui s’inspiraient plutôt de personnages de l’Ancien Testament.

Le genre musical du Gospel s’est depuis diversifié et développé dans d’autres cultures et langues.

The Como Mamas dans une interprétation moderne du gospel mais authentique à la fois !

“Une ambiance chaleureuse s’est installée dès l’arrivée des chanteuses, qui nous ont offert une représentation incroyable du gospel, dans un environnement plus moderne et inhabituel que dans les églises où sont interprétées traditionnellement ces chants évangéliques. Les arrangements musicaux nous font voyager dans leur pays, leur région et leur culture. Une expérience émotionnelle forte que je ne risque pas d’oublier de si tôt.” Louise

“The Como Mamas portent bien leur nom et nous offre un moment privilégié, chaleureux, envoûtant avec des voix qui portent un message d’amour, à travers des chansons traditionnelles nous transportant en Amérique. Des solos magnifiques et émouvants. Une belle découverte.” Franck

Étudiante en DUT information-communication option métiers du livre à La Roche-sur-Yon, je suis aussi bénévole au Génépi (association militant pour le décloisonnement des prisons). J’aime la photo, la musique (évidemment), les voyages, les livres et le cinéma.

Lire aussi

Atomique, le retour à la maison des Von Pariahs !

« Exilés » en pays nantais, les membres du sextet originaire de Fontenay-le-Comte ont fait un come-back …

2 comments

  1. Merci pour ce compte-rendu ! Juste une précision : le gospel avait déjà frappé à la porte du Fuzz’Yon, avec Naomi Shelton & The Gospel Queens en février 2016. Un beau concert !

  2. De rien ! Merci pour cette précision 🙂 Le Fuzz’Yon nous propose une programmation exceptionnelle et éclectique, pour notre plus grand bonheur !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *