Home / ACTION CULTURELLE / Le Fuzz’Yon à l’écoute des mômes, spectateurs de demain

Le Fuzz’Yon à l’écoute des mômes, spectateurs de demain

Notre salle dite de « musiques actuelles » (ou amplifiées) se dépense sans compter pour toucher différents publics, et les sensibiliser à la musique. Quand les graines sont semées tôt… Cela fait ainsi une dizaine d’années que des shows spécifiques sont proposés quatre fois par an à des enfants âgés de 5 à 8 ans. Nous avons infiltré une de ces séances…

Les enfants sont toujours sages lorsqu’ils sont captivés par ce qu’on leur propose, encore plus lorsque cela met leurs sens en éveil. Les sons et images sont des vecteurs idéaux pour les emmener voyager, laisser leur esprit et leur imaginaire vagabonder, ailleurs, sur d’autres planètes… Alors un étonnant silence règne, dans la mythique salle yonnaise de concerts, lorsque nous y pénétrons subrepticement, en plein après-midi. Une centaine d’enfants sont assis en tailleur à même le sol, fascinés par ce qui leur est montré. Une invitation au voyage, à la rêverie, par les sons joués en direct sur la scène et les images projetées sur un grand écran ; on leur raconte des histoires par le biais d’un ciné-concert pop.

Ce jour-là, c’est une nouvelle fois le duo Bocage qui est à la baguette ; il assurera cinq séances dans la semaine, deux publiques et les trois autres réservées aux écoliers de l’Agglo yonnaise, qui viennent avec leurs enseignants. Après « Nanouk l’Esquimau » présenté en 2012, et « La Nounou » en 2014, Bocage revenait cette année avec de nouvelles créations, à la fois poétiques et drôles ou cocasses, générant émois ou rires. Il était question de très vieux contes chinois, dont les racines remontent à plus de 3000 ans ! Un dialogue s’installe entre les courts-métrages projetés et les musiques originales jouées en direct, par la grâce créative de deux multi-instrumentistes. Magique, même pour les adultes, qui retrouvent très rapidement leur âme d’enfant…

Voilà donc une dizaine d’années que sont proposés ces instants artistiques, quatre fois l’an, attirant 1000 à 1500 enfants chaque saison. Oh, bien évidemment, le jeune public n’est pas livré à lui-même, des clés lui sont fournies par le biais de dossiers pédagogiques étudiés en classe, en amont du spectacle. Puis par des échanges directs avec les artistes, à l’issue de chaque représentation. De quoi sensibiliser les mômes au spectacle vivant et à la musique, mais aussi leur permettre de pénétrer dans une salle de concerts, afin d’y découvrir un univers souvent pour eux jusque-là inconnu.

Vieux journaliste et jeune éducateur aux médias, parfois prof. Biberonné au punk, métal, new wave et rock alternatif. Pas insensible à la pop et raide dingue de la… viole de gambe (Bach is not dead) ! Ex-musicien en jachère, passionné par toutes les formes artistiques ; fait souvent joujou avec son appareil photo et ses mots.

Lire aussi

Atomique, le retour à la maison des Von Pariahs !

« Exilés » en pays nantais, les membres du sextet originaire de Fontenay-le-Comte ont fait un come-back …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *