Home / RENCONTRES / INTERVIEW / Quixosis, l’électro chill Équatorien

Quixosis, l’électro chill Équatorien

Le 18 Octobre dernier, le Fuzz’Yon en partenariat avec le Festival International du Film de La Roche Sur Yon, a accueilli l’artiste Quixosis.

Lors de cette soirée basée sur le film et la musique, nous avons eu droit à une première partie autour d’un visionnage d’une sélection de clips actuels (2000 à aujourd’hui).

Suite à cela le DJ équatorien Quixosis est entré en scène. En quête d’inspiration, des vieux enregistrements audio de son grand père lui donnent le déclic. Utiliser l’ancien pour faire du neuf … et ça marche ! Il nous a envouté toute cette soirée par ces morceaux aux rythmiques d’ailleurs, la sonorité exotique de la flûte de pan entremêlé de chants d’un autre continent nous a fait voyager avec lui, dans son monde.

Suite à cette soirée magique, je me suis dit, ça c’est c’est une découverte à faire partager ! A la fin de son concert me voilà donc devant lui, tout sourire, pour le féliciter et lui demander s’il serait d’accord pour que je lui pose quelques questions pour le blog de notre salle préférée ^^

Quelques jours plus tard voici ses réponses !

1. Quel âge as-tu ? et d’où viens-tu en Équateur ?

J’ai 31 ans et je viens de Quito ici

2. Quand as-tu commencé à faire de la musique, et comment as-tu appris ?

J’ai toujours joué de la musique. Depuis l’âge de 7 ans je joue du violoncelle, et j’ai toujours voulu composer ma musique, et ça dès le plus jeune âge. Quand j’ai eu 18 ans je ne supportais plus la façon d’apprendre la musique, j’ai donc brièvement arrêté, c’est seulement un an après que j’y suis revenu avec cette fois-ci l’envie de faire ma propre musique, sans se soucier des règles ni des obstacles.

3. Peux-tu décrire ta musique ? Inspiration ? Style ?

Ma musique est faite à partir d’un espace profondément introspectif. J’ai toujours voulu faire de la musique qui résonne en moi; c’est enraciné dans mes souvenirs et les générations autour de moi. Je veux faire allusion à une mémoire collective mais aussi à quelque chose de personnel. Je fais de la dance music jusqu’à un certain point, mais ce qui me motive le plus, c’est de toucher les gens dans leur propre espace intérieur. À long terme, j’espère que les gens apporteront ma musique dans leur chambre et pas seulement dans leur dancefloor.

Mon inspiration est le passé, la vieille musique me fait vraiment quelque chose de très spécial. En particulier, la musique qui est perdue et qui n’a pas été entendue depuis longtemps. Ces sons fournissent une conversation très profonde dans laquelle j’aime me lancer. Mes influences électroniques proviennent principalement de la musique ambiante / expérimentale. J’aime la façon dont elle défie l’esthétique et permet une abstraction profonde; en même temps, je mélange cette esthétique avec les sons de l’Équateur et cherche à les rendre compatibles avec le dancefloor, tout en espérant toujours que le public entre dans un endroit chaleureux en eux-mêmes.

4. Quels artistes t’inspirent ?

Polibio Mayorga, aphex twin, Ametsub, Susumu Yokota, Deru, Jan Jellinek, Tim Hecker, Mesias Maiguashca, Chopin Thermes, Jon Bergamo.

5. Pour toi, dans quelles situations on écoute le mieux ta musique ? Au calme pour se reposer, ou en soirée ?

J’aime la musique qui ne se limite pas à l’un ou l’autre des contextes. Peu importe le contexte, quand la musique me capture vraiment, je reste immobile et écoute attentivement. Pour moi, le plus grand succès dans un concert est de jouer devant un public silencieux, attentif; peu importe s’ils dansent, tant qu’ils ne parlent pas et que leur attention est capturée, pour moi c’est une réussite.

6. Qu’as-tu pensé du public du Fuzz’Yon pendant ton concert ?

Ce fut un réel plaisir de voir comment les gens ont reçu ma musique. Le lieu est très sympa, la sonorisation est bonne et la foule est présente et heureuse. C’était un grand plaisir de jouer au Fuzz’Yon.

7. Où peut-on te revoir ?

Je serai en France encore prochainement ! Sinon tu peux me retrouver à Berlin ou Mexico cette année !

8. Sur quelle plateforme peut-on écouter ta musique ?

Sur toute les plateformes digitales.

9. Dernière question. Tu étais invité pour le Festival International du Film de la Roche sur Yon, as-tu eu le temps d’aller voir des films ? Si oui, lequel est ton préféré ?

Le festival a vraiment une sélection de films fantastique. J’ai beaucoup aimé « Virus Tropical » parce qu’il parle de chez moi, et d’une histoire que je pourrais profondément comprendre. J’ai également apprécié « Hight life » de Claire Denis pour sa puissante intensité et son récit.

Facteur Cheval, m’a profondément touché et inspiré. Globalement j’ai été très impressionné par la qualité des films, et par la passion avec laquelle les personnes regardaient et discutaient. Ça me donne envie de revenir l’année prochaine !

 

Et bien tu sera le bienvenu Quixosis une nouvelle fois à la Roche sur Yon et au Fuzz’Yon. En attendant son retour, ou si vous ne pouvez malheureusement pas allez le voir à Berlin ou Mexico, je vous propose de le suivre sur facebook, et d’écouter avec moi mon titre préféré de lui « El Futurikingue (feat. Renata Nieto) »

A bientôt pour de nouvelle découvertes !

 

 

Bénévole au Fuzz’Yon depuis septembre 2018,

Passionné de musique, je sillonne les salles de concerts et festivals en quête du bonheur.

Je partage mes découvertes sur mon Soundcloud

Lire aussi

Retour sur le concert de Novo Amor

L’américaine Gia Margaret a débuté son concert aux alentours de 21h, dans une ambiance intimiste. …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *